Quelle action des forêts sur les facteurs climatiques ?

En ce jour de printemps très particulier, tous confinés pendant que la nature, elle, continue à suivre son œuvre au gré des aléas climatiques, il nous parait important de rappeler à quel point le rôle de la nature et des forêts est fondamental.

La forêt joue un vrai rôle positif sur les différents éléments du climat et à plusieurs échelles. Dans cet article, il est question du microclimat forestier et de l’ambiance forestière. Un prochain article sera consacré à l’influence que la forêt peut avoir à un échelon plus vaste, sur tout un territoire.

L'importance du microclimat forestier

D’abord, le microclimat forestier joue sur le rayonnement naturel provenant du soleil et arrivant au sol. Il va avantager une biodiversité particulière selon le degré de luminosité qu’il laisse transparaître. Le couvert forestier diminue l’intensité de la lumière, selon la saison et la densité d’arbres présents dans la forêt. Certains arbres et herbacées poussent plus facilement dans une zone d’ombre ou de demi-ombre, ce qui va favoriser leur croissance. A l’inverse, dans les trouées en forêt ou dans les espaces ouverts, c’est d’autres types de plantes dites pionnières ou espèces de lumière qui vont pouvoir croître en fonction de la quantité de rayonnement qu’elles reçoivent.

Les arbres ont un effet sur la température : le jour, ils ont tendance à la faire baisser (en limitant la lumière et grâce à la photosynthèse et à l’évapotranspiration qui utilisent la chaleur), et la nuit plutôt à conserver la chaleur. La forêt a donc un vrai rôle de diminution de l’amplitude thermique, et au total on estime que la température moyenne en forêt est plus basse d’environ 0,5°C.

La forêt agit sur la vitesse du vent, qui se trouve diminuée grâce à l’écran formé par les houppiers (les grosses branches) et les feuilles. Même les troncs contribuent à diminuer les mouvements de l’air. Cette modification peut jouer jusqu’à 40 ou 80% sur la vitesse du vent. Le rôle des forestiers sera toutefois de veiller à ne pas créer trop de turbulences, avec des lisières qui entraineraient des chutes d’arbres.

La forêt joue sur l’humidité : avec une température plus basse, l’humidité est plus élevée de 7 à 10% en forêt. Le couvert forestier joue un rôle important pour intercepter l’eau qui tombe, et on l’a vu dans un précédent article, les arbres contribuent aussi à faire circuler l’eau entre le sol et l’atmosphère pour alimenter toute la biodiversité et renforcer la réserve d’eau dans les sols.

L'ambiance forestière

On parle d’ambiance forestière pour désigner différents types de microclimats que l’on trouve sous le couvert forestier. En fonction des peuplements forestiers, le micro climat sera plus ou moins humide ou lumineux, plus sujet à gelées et plus ou moins favorable à la régénération naturelle. L’ambiance forestière va selon le cas limiter les effets de sécheresse, préserver la qualité des sols mais aussi une biodiversité qui nécessite un dosage de lumière particulier. 

Dans certains cas, le couvert peut être trop dense pour permettre aux jeunes semis de pousser. Le forestier peut alors l’aider en procédant à des coupes favorisant la régénération. En fait, il va agir sur le couvert selon les besoins de la forêt : limiter la sécheresse ou les gelées, apporter plus de lumière …  C’est un vrai travail d’observation et de connaissances des besoins de chaque essence et même de la combinaison d’essences mélangées dans une même forêt.

Cet article vous a plu ?

Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur facebook
Share on Facebook

Commenter